Légende du coq de Barcelos

image447

Cette légende du XVIème siècle raconte qu’un crime eut lieu dans la ville de Barcelos, cité qui fut le siège du premier comté du Portugal.

Un pèlerin qui se rendait à St Jacques de Compostelle en fut accusé, les juges le condamnèrent à la pendaison sans aucune preuve. En vain, il jura qu’il était innocent et implora la Vierge de faire un miracle.

Comme dernière grâce il demanda :  » Emmenez-moi auprès de ceux qui m’ont condamné  » .

Ce voeu lui fut accordé, il fut amené à ses juges au moment où ils s’apprêtaient à déguster un bon coq rôti.

L’homme clama une dernière fois son innocence, ne suscitant que des rires moqueurs et de l’incrédulité…il lança :  » Il est aussi sûr que je suis innocent qu’il est certain que ce coq chantera trois fois au moment où je serai pendu !  » .

En vain… le pauvre homme fut ramené en prison puis on dressa le gibet : au banquet, personne n’eut le courage de manger le coq.

Quel ne fut pas l’étonnement des convives quand, au moment où le bourreau s’apprêtait à remplir sa triste mission, le coq se dressa et chanta trois fois…les juges se précipitèrent et constatèrent que la corde ne voulait pas se resserrer sur le cou du condamné. Immédiatement il fut libéré et repartit en paix.

Quelques années plus tard, ce pèlerin revint à Barcelos et fit ériger un monument aux louanges de la Vierge et de St Tiago (Saint Jacques).

Cette légende est passée de génération en génération et le typique et bien connu  » Coq de Barcelos  » est devenu ainsi un des symboles du Portugal. Il est symbole de foi, de justice et de bonne chance…