Chauve-souris

La nuit s’use à force de servir.

Elle ne s’use point par le haut, dans ses étoiles. Elle s’use comme une robe qui traîne à terre, entre les cailloux et les arbres, jusqu’au fond des tunnels malsains et des caves humides.

Il n’est pas de coin où ne pénètre un pan de nuit. L’épine le crève, les froids le gercent, la boue le gâte. Et chaque matin, quand la nuit remonte, des loques s’en détachent, accrochées au hasard.

Ainsi naissent les chauves-souris.

Et elles doivent à cette origine de ne pouvoir supporter l’éclat du jour.

Le soleil couché, quand nous prenons le frais, elles se décollent des vieilles poutres où, léthargiques, elles pendaient d’une griffe.

Leur vol gauche nous inquiète. D’une aile baleinée et sans plumes, elles palpitent autour de nous. Elles se dirigent moins avec d’inutiles yeux blessés qu’avec l’oreille.

Mon amie cache son visage, et moi je détourne la tête par peur du choc impur.

On dit qu’avec plus d’ardeur que notre amour même, elles nous suceraient le sang jusqu’à la mort.

Comme on exagère !

Elles ne sont pas méchantes. Elles ne nous touchent jamais.

Filles de la nuit, elles ne détestent que les lumières, et, du frôlement de leurs petits châles funèbres, elles cherchent des bougies à souffler.

Jules Renard

Histoires Naturelles 1896

Pourquoi s’intéresser aux chauves-souris ?

Quelle idée d’avoir accepté d’écrire cet article ? Il est vrai que 2011 était aussi l’ année internationale de la chauve-souris.

Ces bestioles nocturnes au vol maladroit, souvent associées au diable et aux vampires, ne m’attiraient pas particulièrement, surtout depuis le jour où j’ai posé la main sur l’une d’elles qui s’était suspendue à l’arrêt de mes volets…

Et puis, qu’est-ce que c’est que cet animal qui ne sait pas choisir son camp ? Oiseau par ses ailes, souris par ses poils, pas nette la chauve-souris !

Enfin, c’est bien pour lui faire plaisir, à la Vigneronne… !
Bon, tout d’abord, on les trouve où dans notre région, ces bestioles ?

Il paraît qu’il y en a toute une population dans les anciennes carrières de  » pierres jaunes  » de Glay et de Chessy, mais qu’il est totalement interdit de les déranger en ce moment : elles hibernent, c’est-à-dire qu’elles mettent leur chauffage intérieur au ralenti et qu’elles dorment pendant 4 à 5 mois, de novembre à mars sans manger bien sûr, essayez donc d’en faire autant !

image438

Carrière de Glay

image514

Cabane du carrier sur le sentier de la madone

Elles portent les jolis noms de Vespertilions, Barbastelles, Rhinolophes et autres Murins. Elles logent dans les anfractuosités laissées par l’exploitation des carrières abandonnées depuis les années 50, la moindre fente de 8mm leur suffit pour s’installer à l’abri des prédateurs pour passer l’hiver, bien tranquilles et survivre à la disette.

Il paraît même que des humains leur ont aménagé des petits gîtes confortables : y en a qui n’ont vraiment rien d’autre à faire !
Je vais donc demander de l’aide à mon ami le Scientifique qui me dit :

 » Sais-tu qu’en France un Mammifère sur trois est une chauve-souris ? Tout d’abord observons-les pour nous faire une idée, car je pense que tu ne dois jamais en avoir vu de près.

 » Voici des Barbastelles accrochées au plafond d’une grotte par les pattes arrière : seules les chauves-souris sont capables de telles acrobaties, dans cette position elles peuvent dormir sans que leur sang descende au cerveau, mieux, les femelles mettent bas et allaitent leurs petits la tête en bas. »

image453

… Moi je pensais qu’on peut comprendre qu’elles n’en aient généralement qu’un seul à la fois, sinon plaf ! le pauvre chauve-souriceau !…

 » Autrefois on ne savait pas si on devait les ranger parmi les oiseaux ou parmi les rats, mi-oiseau, mi-rat ? D’ailleurs dans le sud-ouest de la France on les appelle encore  » mita tarat mita tanzet  » . Alors oiseau ou mammifère, à quoi vois-tu ça ?  »

Là, tout de même, faut pas me prendre pour un idiot, j’ai fréquenté les cours de SVT du collège, j’y ai appris que les oiseaux ont des plumes et les mammifères ont des poils, non mais !

 » Les chiroptères sont bien des mammifères insectivores, leur denture est adaptée à ce régime alimentaire, celui-ci est un Vespertilion de Natterer » .

Pièce jointe vide ou le type d’article n’est pas une ‘pièce jointe’

Et bien, on voit tout de suite à ses quenottes que ce n’est pas une souris, celui-là, c’est un monstre féroce, pourvu de canines pointues qui font peur et de molaires acérées, mais il faut tout de même être honnête, il ne mesure que dix centimètres et ne pèse que 12 grammes ! Ses crocs doivent mesurer environ… 0,5 millimètres.

Oui, mais bon est-ce que c’est une raison ?

 » Les chiroptères sont les seuls mammifères au monde qui pratiquent le vol battu, certains, les plus rapides, sont même capables d’atteindre les 50km/heure. »

Moi, je sais que les ailes des chauves-souris ont même été copiées par un certain Clément Ader en 1890.

Il a, soi-disant, quitté le sol avec son engin baptisé Eole, et a fait un bond de 50 mètres…et encore ! il n’y avait pas d’autres témoins de cet exploit que les employés d’Ader…mais je ne suis pas mauvaise langue !

image460
image449

 » Oui, certes, mais Monsieur Clément Ader construisit d’autres appareils qu’il nommera par la suite avions. Le terme avion passera ensuite dans le langage courant.  »
Inutile de dire que ses avions ne furent pas une réussite, heureusement que Mr Ader avait d’autres cordes à son arc, c’est tout de même lui qui inventa le combiné téléphonique…mais revenons à nos chiroptères…

 » Sais-tu que la chauve-souris a inventé le sonar il y a plus de 50 millions d’années ! Cet extraordinaire animal se repère sans difficultés dans l’obscurité complète et malgré les obstacles, il est capable d’attraper un moustique en vol même par les nuits sans lune…cela fut longtemps un mystère qui intrigua les savants.

En réalité, la chauve-souris lance des ultra-sons avec sa bouche, ou ses narines pour certaines espèces, et ce son, que seuls les individus de son espèce peuvent entendre, revient comme un écho dans ses oreilles spécialement équipées.
Le cerveau de notre petite bête est capable d’analyser le signal et d’en déduire à quelle distance se trouve le moustique, sa taille, sa vitesse, et tout ça sans se servir de ses yeux ! Et avec cet équipement notre amie chasse les insectes : elle est capable se gober 600 moustiques en une nuit, papillons nocturnes, chenilles en tous genres. Ce système, presque exactement identique à celui qu’emploient les avions et les bateaux modernes, tu le connais, c’est le radar ! »

Comme quoi nous les humains, nous ne sommes pas si malins que ça ! La preuve : cette pauvre bête fut torturée par la Science pour démontrer toutes ces théories, figurez-vous qu’en 1794 un abbé nommé Spallanzani lui creva les yeux et constata que notre chauve-souris continuait néanmoins à éviter avec agilité les obstacles semés sur son parcours…

Et il poursuit son plaidoyer, emporté par son enthousiasme :

 » Loin d’être des bêtes répugnantes, les chauves-souris sont en réalité de véritables petites merveilles de la nature. On se demande même comment les humains peuvent colporter autant de stupidités sur leur compte !

 » Avec les hiboux et les chouettes et, d’une façon générale, toutes les bêtes nocturnes, elle s’est vue classée pendant des siècles parmi les animaux de l’enfer, les envoyés du diable lequel d’ailleurs- ce n’est pas un hasard est couramment représenté avec des petites ailes de chauve-souris dans le dos…pourtant elle est attendrissante avec sa petite tête ronde, ses deux yeux ronds et son museau de petit chien.  »

image466

Oreillard : Dessin de « La Hulotte »

image470

Oui, tu as sans doute raison (il commence à m’énerver, le Scientifique…) mais tu as vu celle-là, elle ne te fait pas peur ?

 » Evidemment, d’autres espèces comme le rhinolophe, ont une tête un peu curieuse, qui peut en inquiéter certains, mais ce n’est qu’une adaptation à son mode de vie un peu particulier. Les replis membraneux autour des narines servant à canaliser les émissions d’ultrasons.  »
Moi j’ai entendu dire qu’elles s’accrochaient aux cheveux des femmes !

 » Mais au fait ! Pourquoi aux cheveux des femmes et pas des hommes ? C’est encore une histoire de souris qui ne fait rire que les chauves !…Personnellement, je ne connais personne à qui cette histoire soit arrivée et vu la précision du vol des chauves-souris, toute collision est improbable.  »

Bon, voilà qu’il se met à faire de l’humour !

 » Eh bien, figure-toi qu’en Chine, la chauve-souris a eu de la chance, parce que le caractère chinois  » fu  » qui signifie bonheur est un homonyme de  » fu  » qui signifie chauve-souris ! Le motif des chauves-souris fut utilisé ainsi pour illustrer le bonheur. La chauve-souris symbolise à la fois la richesse, la santé et la tranquillité, la moralité et une belle mort. Les chauves-souris sont même sacrées dans certains états de Polynésie, en Australie, en Bosnie et en Afrique de l’ouest.  » .

Mon ami voit bien que je reste sceptique : il commence à s’énerver.

 » Trêve de plaisanterie !!! Les chauves-souris, bien sûr :

  • ne sucent pas le sang des petits enfants !
  • ne transportent pas la grippe aviaire, d’ailleurs ce ne sont pas des oiseaux !
  • Les chauves-souris ne s’attaquent pas aux charpentes ; ce ne sont pas des rongeurs !
  • Il est vrai que des chauves-souris malades peuvent transmettre la rage, comme votre chien ou votre chat, pas plus. De toute façon il est interdit de toucher une chauve-souris ! En cas d’urgence mettez des gants ! « 

Et il poursuit :

 » Malheureusement, les chauves-souris, bien que protégées par la loi depuis 2007 seulement, sont en danger et voient leurs populations diminuer d’année en année. Elles subissent les nuisances dues aux activités humaines et à l’ignorance : leurs territoires de chasse se réduisent. Les insecticides, et autres produits chimiques utilisés en agriculture intensive, les privent de leur nourriture et les empoisonnent. Leurs gîtes de repos sont souvent détruits par ignorance à la suite de travaux d’aménagement non appropriés. Des colonies entières sont ainsi détruites, par méconnaissance.  »

Je ne suis pas étonné, les humains ont l’habitude de couper la branche sur laquelle ils sont assis …

Pourtant ces animaux sont des auxiliaires très précieux pour les agriculteurs, ils contribuent à la chasse aux papillons nocturnes ennemis des cultures, comme le carpocapse qui pond dans les pommes.
La seule façon de les aider est de sauver leurs milieux de vie, d’entretenir leurs terrains de chasse à l’aide de méthodes douces : débroussaillage manuel, fauchage tardif, protection de certaines plantes rares et fragiles.

De nombreux scientifiques de la région luttent pour la préservation de ces animaux : en 2010, deux anciennes citernes situées à Châtillon d’Azergues ont été achetées par la FRAPNA*au SIEVA (Syndicat des Eaux du Val d’Azergues), une subvention a été allouée pour leur aménagement en gîtes d’hibernation  » .

Finalement cette bestiole n’a pas fini de me surprendre ! Et comme on ne protège bien que ce qu’on connaît, j’ai équipé mon jardin à la fin de l’hiver 2011 d’un nichoir à chauves-souris.

PS : Début octobre 2011 les bestioles sont installées, comme en témoignent des petites crottes sous les nichoirs…

* FRAPNA : Fédération Rhône-Alpes de protection de la Nature

Sources :

Les cahiers nature-culture de la FRAPNA

Le journal Le Progrès du 04/12/2010. :  » Ils veulent sauver les chauves-souris  » .

 » Les espaces naturels sensibles du Rhône, les carrières de Glay  » Communauté de Communes des pays de l’Arbresle.

Le magazine  » La Hulotte  » .

http://www.univers-nature.com/dossiers/chauve-souris.html

image479

Monique L.