La besace et son mystère

Besace

Sur la rive droite de notre Azergues ( » l’eau bleue « ), Le Jangot et son  » château branlant  » toujours debout au début de la commune du BREUIL, Courbeville et sa  » dame blanche  » … près de l’ancien gué plus ancien que notre pont…Rien de mystérieux.

Si ! une énigme, à Beauregard. Quelques 300m avant de quitter la commune de Chessy pour entrer dans la commune de St Germain sur l’Arbresle, une sculpture sur la clé de voûte en anse de panier d’une porte aujourd’hui murée.

Le manoir en pierre dorée de Beauregard possède une tour à 6 côtés inégaux avec de petites fenêtres et un escalier intérieur qui ne donne accès à rien. Comme tant d’autres tours dans notre région, celle-là, d’une beauté originale, affiche la richesse de son propriétaire.

La plus ancienne maison du hameau probablement…Des familles Beauregard ont souvent donné leur nom à un lieu.

On n’entre donc plus dans sa cour intérieure par la porte en partie enfouie par le remblai qui a remonté le niveau de la route.
Et cette porte murée présente une sculpture en bon état représentant une sacoche qui pourrait être en cuir. Voilà une curieuse armoirie !
Cette maison a un nom connu des anciens du secteur :  » La besace  » . Comme la sculpture intrigue, il a été rassurant pour les uns ou les autres de donner une explication :

Maison de chasse  » du temps de Jacques Cœur  » (le sac de cuir à peu près carré n’est pas une gibecière, il aurait pu contenir un bon casse-croûte par contre…)
Maison de fermier général prélevant des fonds (il fallait bien les transporter !).

Nous sommes à proximité d’une énorme source comparable à celle de la colline Nord de Chessy. Celle du village a déposé le tuf calcaire qui porte le château féodal, celle du quartier Beauregard est recueillie dans d’énormes réservoirs souterrains branchés sur une conduite qui traverse l’Azergues et alimente abondamment le château Mathelin sur la route de Châtillon. La même source alimente le beau lavoir de Tranchepoil et un étang en contrebas.

Besace01
Besace02

Une piste peut-être : Tranchepoil, à deux pas du lieu-dit « La besace  » . Il y a eu là une industrie de peaux, de fabrication de cuir, grâce à l’eau abondante. De même qu’en face, une autre source faisait tourner une chocolaterie.

La besace était-elle la maison de l’industriel ? Le nom du lieu ne vient pas forcément de la sculpture, ce peut être le nom donné à l’industriel habitant là. N’oublions pas que nos patronymes sont des sobriquets apparus après l’an mille. Auparavant on était Jean fils de Pierre et d’Eléonore…etc… Le surnom qui se fixait devint le nom de famille, et put ensuite nommer le lieu de son habitat. Inversement un nom de lieu pouvait donner le nom de famille de son habitant !  » La besace  » a pu aussi avoir ce nom avant l’arrivée d’un industriel de cuir.

Donc nous n’en savons pas davantage après ces zig zags verbaux, sauf que le lieu vaut le détour, à pied de préférence. Il y a même un banc sur la placette de Tranchepoil et on peut pique niquer tout près du lavoir couvert, observer les petits animaux qui ne vivent qu’en eau pure, très nombreux et très vivaces.

Il ne reste aucune trace de pollution du travail des peaux. La nature a repris ses droits ici…ce sera pour plus tard pour notre source du bourg et ses actuelles traces de pesticides.

On peut profiter de ce moment tranquille et beau pour réfléchir avant de se lancer dans une recherche et d’apporter peut-être la clef du mystère de  » la besace  » à notre Vigneronne…