Pleure pas petite sirène…

Pièce jointe vide ou le type d’article n’est pas une ‘pièce jointe’

Depuis quelque temps, les sirènes pleurent au fond des océans, elles pleurent sur la bêtise et l’inconscience des hommes de cette planète, elles pleurent de rage et d’impuissance devant la destruction de leur écosystème.

En effet, les plages du monde entier sont envahies d’une multitude de petites billes en plastique multicolores qui se cachent entre les grains de sable et les coquillages.

Les poissons les prennent pour des œufs et les gobent. Elles causent la mort d’un million d’oiseaux et de 100 000 mammifères marins chaque année car elles contiennent des polluants comme des PCB ou des hydrocarbures.

Ces minuscules billes sont utilisées comme matière première dans l’industrie d’objets en plastique de notre quotidien. Elles sont dispersées accidentellement et par négligence : sacs éventrés oubliés en plein air, conteneurs renversés… elles sont si petites qu’aucune grille ne les retient dans les stations d’épuration. Ces granulats deviennent des polluants avant même d’avoir été utilisés

D’autres fragments d’objets en plastique en tout genre, bouteilles, bidons, provenant d’une mauvaise gestion des déchets, finissent souvent dans les cours d’eau puis dans les mers et les océans.

Vous comprendrez donc pourquoi ces petites billes ont été nommées  » larmes de sirènes  » .

Le plus fort c’est que les substances toxiques qu’elles contiennent s’intègrent et se concentrent tout au long de la chaîne alimentaire et se retrouvent au final dans l’assiette du super prédateur qu’est l’homme ! Retour à l’expéditeur !

image5181

Monique L.